Grève des policiers au Brésil, le gouvernement destabilisé

Le gouvernement de Dilma Rousseff est en alerte. Depuis une semaine une grève de la police militaire de l’Etat de Bahia au Brésil paralyse la capitale, Salvador de Bahia. Plus de 90 morts, les commerces fermés, des pillages, une explosion de la criminalité, la présidente a du envoyer l’armée sur place vendredi dernier. Les négociations sont en cours, les gouverneurs des autres Etats du Brésil craignent la contagion.

Militaires devant l'Assemblée de l'Etat brésilien de Bahia, occupée par des policiers en grève. Photo AP

Un tiers des forces de police de l’état de Salvador environ sont rentrées en grève mardi dernier afin de demander une augmentation de salaire. 3000 militaires et 4 tanks ont d’ors et déjà été envoyés aux alentours de la capitale de la région de Bahia par l’Etat fédéral. Les policiers brésiliens sont mal formés et gagnent une misère relativement aux risques qu’ils encourent. Le salaire moyen d’un fonctionnaire de police dans cet Etat est de 867 dollars par mois. Les grévistes demandent une augmentation de 30%, contre les 6,5% proposés par Jacques Wagner, le gouverneur de la province. Toujours enfermés dans le Palais de l’Assemblée législative de Bahia et encerclés par plus de 1000 militaires, les 200 policiers sont sommés depuis dimanche de livrer 11 de leurs leaders à la police fédérale, ce qu’ils refusent. Ils réclament une amnistie générale, et affirment qu’ils se défendront avec leurs armes. Une quarentaine d’hommes du Commando d’Opérations Tactiques de la police fédérale est arrivée sur place en cas d’assaut.

Les gouverneurs d’autres Etats Brésiliens se sont réunis ces derniers jours pour éviter une contagion du mouvement de rebellion. Des voix se sont fait entendre en ce sens par la police militaire de Rio de Janeiro. Les policiers de Salvador de Bahia sont soutenus par leurs familles et une partie de la population. Une attaque frontale pourrait signifier une rupture psychologique à long terme avec les forces de police.

Le conflit social soulève aussi d’autres enjeux. Environ 10% des touristes ont déjà annulé leur réservation pour le carnaval de Salvador de Bahia, qui débutera dans moins d’une dizaine de jours, alors que la ville attend plusieurs millions de touristes. Salvador sera aussi l’une des villes-hôtes de la prochaine coupe du monde de football en 2014.